Programme du WWF pour la législature 2013-2018 à l’attention de M. Antonio Hodgers, Conseiller d’Etat en charge du DALE

Les objectifs du WWF se résument dans l’expression « Vivre sur une seule planète » c'est-à-dire ne pas utiliser plus de ressources que celles qu’une seule planète – la nôtre - peut offrir. A cette fin, le WWF agit dans trois domaines : le climat, la biodiversité, la consommation/style de vie.

Appliqué à Genève le programme du WWF consisterait à « Changer la ville pour changer la vie de ses habitants avec une empreinte écologique acceptable ».
Le vrai problème environnemental de Genève est le problème des limites. Ge-nève est, géographiquement, prise en tenaille entre le Léman, le Salève et le Jura, et politiquement, coincée entre deux départements français et le canton de Vaud. Toute urbanisation détruit un peu plus son environnement. La ques-tion est donc de densifier ce qui peut l’être, de réaliser des quartiers durables, de rénover et transformer les quartiers existants afin de diminuer les impacts négatifs au niveau régional.

Compte tenu des expériences de la dernière législature, ce qui nous paraît es-sentiel pour la réalisation des grands projets est que les associations soient consultées dès l’idée du projet et avant la rédaction des cahiers des charges pour que toute atteinte à l’environnement ou au patrimoine soit dénoncée dès le départ afin d’éviter toute complication et recours ultérieurs. L’Etat, quant à lui, ne devrait pas soumettre à l’examen des projets illégaux ou qui ne respec-tent pas les engagements environnementaux pris à différents niveaux politiques (corridors biologiques, Nature en Ville, Agenda 21 des communes, etc.). Par ailleurs nous regrettons de ne pas faire partie des jurys des concours.

Densification
Objectif
: Densifier le territoire pour éviter l’étalement urbain.
Notre proposition : Réaliser la densité d’habitat qui est appréciée des habi-tants dès l’instant qu’elle est accompagnée de densité de services, densité d’activités, densité d’équipements et de transports publics performants. La nouvelle philosophie étant de ne plus être propriétaire de tous les biens mais plutôt d’en avoir l’usage. (Voir article « L’aménagement du territoire, quelle ville pour demain, quelle place à l’agriculture, quelle place à la nature ?»)

Parc-plage-port des Eaux-Vives
Objectif :
Réaliser des accès au lac pour la population qui respectent l’environnement tout en permettant les loisirs.
Notre proposition : Le canton de Genève devrait lancer un concours interna-tional (ou mandat d’études parallèles) incluant toute la rade de Genève et pro-posant des aménagements pour les activités traditionnelles liées au lac – plage, bains, port, sports nautiques, pêche, police du lac, etc.

Lac Léman et ses rives
Objectif :
Protection du plan d’eau du lac Léman, de ses rives et du paysage. Notre proposition : En collaboration avec les cantons de Vaud et du Valais et avec la Haute-Savoie, rédaction d’un contrat transfrontalier pour la protection du lac et de ses rives. Elaboration d’une loi régissant les loisirs motorisés, le dé-veloppement des ports et les activités nautiques polluantes et bruyantes. Cette loi doit être accompagnée d’une charte paysage spécifique.

PAV - Plan directeur de quartier Praille-Acacias-Vernets
Objectif :
Réaliser le PAV dans le respect du Plan directeur cantonal 2030 qui stipule que l’Etat doit construire des écoquartiers exemplaires à énergie positive et du Plan Directeur de l’Energie qui prévoit la mise en œuvre de la Société à 2000 watts. La renaturation des cours d’eau enterrés doit impérativement être incluse dans le projet global.
Notre proposition : Utiliser la méthode conçue par le WWF et présentée dans la brochure : « Principes, objectifs et mise en application de la démarche One Planet Living ®OPL@ pour la réalisation de quartiers durables en Suisse ». Cette méthode est un outil de planification, de contrôle et de suivi qui garantit une optimisation environnementale. En parallèle, des groupes de travail spécifiques travaillent sur des mécanismes possibles (biodiversité, logistique, énergie, transports, finance) soit directement avec des acteurs du PAV (ex. Migros, banques, régies, déchetteries, etc.), soit en partenariat avec des entreprises (ex. Siemens, Renault zéro carbone, My Climate, Sustainable Finance Geneva). Cette méthode fait l’objet d’une présentation.

Biodiversité et réseaux écologiques
Objectif
: Réaliser un plan d’actions à la mesure de l’excellence de la Loi sur la biodiversité votée en septembre 2012, qui préserverait les réseaux écologiques transfrontaliers, et assurerait l’aménagement et la restauration des réseaux dégradés.
Notre proposition : Définir les objectifs en matière d’espèces animales et vé-gétales et de milieux naturels en collaboration avec les départements de l’Ain et de la Haute-Savoie, et définir des priorités transfrontalières de conservation et de préservation (ex. tourbières de Lossy, étang d’Etrembières, bocage de Gex. De nombreuses espèces comme la grenouille rainette ont disparu de Genève. Plusieurs autres, comme la couleuvre vipérine sont en voie de disparition). Plusieurs espèces de poissons sont menacées. Malgré les gros investissements les rivières restent très dégradées. Dans le canton, les grands couloirs écologiques sont menacés, tel que celui du Salève – plaine de l’Aire – Jura, qui est menacé sur le territoire de Bernex ouest par le développement du Plan Stratégique de Développement (PSD).

Nature en ville
Objectif :
Permettre et développer la nature en ville pour que cela devienne plus qu’un slogan.
Notre proposition : Prévoir dans le plan d’actions les moyens nécessaires au contrôle et au suivi des réalisations. Eviter le foisonnement de panneaux signa-lant chaque élément. Dans les nouveaux quartiers, la prise en compte de la nature devrait être un élément prépondérant.

Qualité de l’eau
Objectif :
Atteindre une qualité de l’eau classée « bonne » IBGN pour l’ensemble des cours d’eau.
Notre proposition : Fixer des objectifs de qualité pour les rivières et prioritai-rement pour celles qui ont fait l’objet de mesures de renaturation. Les espèces menacées doivent systématiquement être prises comme bio-indicateurs pour atteindre ces objectifs. S’inspirer de la directive cadre de l’eau en application en Europe.

Espace des cours d’eau et surface de rétention
Objectif :
Améliorer la possibilité de divagation des cours d’eau et augmenter les surfaces de rétention en cas de crues.
Notre proposition : Le WWF souhaite avoir une évaluation de la mise en oeu-vre des Schémas de protection, d’aménagement et de gestion des eaux (Spage) à ce jour. Il nous semble que l’on a plus souvent des demandes de dérogations pour construire plus près de la limite légale que des cas où la limite de cons-truction est diminuée.

Vidange de Verbois - Chasse du Rhône – Gestion hydroélectrique
Objectif :
Respecter la loi fédérale sur l’eau, les assainissements et le débit du Rhône. Fournir le bilan définitif.
Notre proposition : Les vidanges, telles que réalisées encore en 2012, doivent être proscrites. Il convient de modifier fondamentalement la gestion des sédi-ments du Rhône. Les variantes de gestion avec des dragues flottantes doivent être étudiées en détail de même que les abaissements partiels de la retenue. Les modulations artificielles de débit liées à l’exploitation hydroélectrique jour-nalière doivent être réduites, conformément aux exigences d’assainissement fédérales, afin de limiter les impacts négatifs sur les biocénoses.

Barrage de Conflan
Objectif :
Le WWF souhaite que la consommation électrique de la Suisse dimi-nue de 5% entre 2010 e 2020 et que la part renouvelable de production élec-trique augment de 10% en Suisse.
Notre proposition : Etant donné que la réduction de la demande est moins onéreuse (financièrement et politiquement) à réaliser que l’augmentation des capacités genevoises de nouvelles énergies renouvelables (NER) et qu’il existe en Suisse d’autres barrages susceptibles de garantir, sans grand dommage, cette augmentation de production d’électricité, le WWF demande de renoncer au projet du barrage de Conflan situé dans un site de l’Inventaire Fédéral du Paysage (IFP), voir étude réalisée par Noé21. Le WWF constate également que SIG propose un nouveau projet de barrage alors que les impacts des ouvrages actuels sur l’environnement ne sont pas assainis ni compensés de façon satis-faisante.

Climat
Objectif
: L’aéroport de Genève doit démontrer avec quelle stratégie et avec quels scénarios d’avenir il pourra atteindre l’objectif du Plan sectoriel des in-frastructures aéroportuaires (PSIA) fixé par la Confédération qui demande une diminution de 2 % à 5% des émissions de CO 2 d’ici 2050.
Notre proposition : Discussion en cours suite à notre opposition à l’extension de l’aéroport. Le complément d’étude d’impact devrait indiquer si l’aéroport peut augmenter les positions des avions afin de recevoir six gros porteurs longs courriers, quid de la variante à 10/12 positions de moyens courriers, plus avantageux en termes financiers mais, avec trois fois plus de rotations, plus polluants.

Energie Quatre objectifs
Objectif 1 :
Tenir compte au niveau cantonal des propositions faites par les or-ganisations membres de l’Alliance-Environnement sur la Stratégie énergétique 2050.
Notre proposition : Voir courrier de novembre 2012.

Objectif 2 : Sortie de la participation cantonale dans les centrales nucléaires car les coûts de désaffectation et de gestion des déchets sont incertains et me-nacent les fonds publics.
Notre proposition : Voir l’analyse du WWF et de Greenpeace (octobre 2013). La participation du canton est de 2% dans Gösgen et 1% dans Leibstadt. La participation de la ville de Genève est de moins de 1% dans Gösgen et de moins de 1% dans Leibstadt. Les fonds publics étant menacés, la vérification de la va-leur des participations est nécessaire.

Objectif 3 : Introduire les objectifs OPL dans le Plan d’action cantonal en ma-tière d’énergie pour atteindre les objectifs de la Stratégie énergétique 2050 de la Confédération.
Notre proposition : Nous avons présenté OPL à la Commission consultative sur les questions énergétiques fin 2013. Nous sommes prêts à fournir les indica-teurs des domaines de l’énergie et de l’énergie grise pour une fructueuse col-laboration avec l’OCEN.

Objectif 4 : Participation des SIG dans le développement de l’énergie éolienne.
Notre proposition : Suivre les recommandations du WWF Suisse qui, dans sa prise de position, demande une planification nationale.


Janvier 2014  

.hausformat | Webdesign, TYPO3, 3D Animation, Video, Game, Print